Le Noël des araignées

Ce conte résume bien la magie de Noël, nuit de l’émerveillement et des transformations les plus extraordinaires. Isabelle de Kochko, psychologue, le commente pour nous.

En quoi ce conte peut-il toucher 
les enfants ?
D’abord, ils vont se re­connaître dans ces araignées qui vivent toute la gamme des émotions de Noël : la fièvre des préparatifs dans la maison, l’attente qui n’en finit pas, l’endroit où l’on n’a pas le droit d’aller, l’émerveillement de­vant le sapin… Mais à mon sens, ce conte est plus qu’une banale transposition du type “Noël chez les araignées”. C’est un conte qui parle du changement et de la magie de la transformation.

C’est-à-dire ?
Chaque année, Noël marque une sorte de “trouée” dans le temps collectif. Tout à coup, quoi qu’il arrive, le cours ordinaire de la vie s’interrompt. Mais ce n’est pas une sim­ple pause après laquelle tout recommence comme avant. C’est un moment charnière, qui redynamise et dont on sort transformé. Voyez les héroïnes du conte : au début de l’histoire, ce sont des araignées ordinaires qui font des fils de soie. 
à la fin, elles ont le pouvoir de tisser des fils d’or et d’argent.

Mais, c’est le Père Noël 
qui transforme leurs fils !
Oui, mais auparavant, ces araignées sont passées par toutes les étapes que traverse l’individu face à un changement important. D’abord, un moment d’inquiétude, de repli sur soi (quand elles s’enfuient au grenier). Puis l’éveil de la curiosité (quand elles voient les préparatifs à travers le plancher). Enfin, l’affirmation de leur vo­lonté (quand elles doivent convain­cre leurs parents de les laisser aller voir…). Les enfants, quand ils sont mûrs pour franchir un cap (dormir chez un copain ou se rendre seul à l’école), suivent les mêmes éta­pes. Et comme dans le conte, les pa­rents commencent par freiner leur ardeur de peur qu’ils ne soient pas prêts. Cette résistance (qui reflète la ré­sistance intérieure que chacun de nous éprouve face au changement) est utile à l’enfant parce qu’elle lui permet de se conforter dans son désir. Pour revenir au conte et à sa valeur symbolique, le fait que le Père Noël transforme les fils de soie des araignées en fils d’or, puis leur offre des cadeaux, signifie qu’il est bon d’aller de l’avant : on en est forcément récompensé.

En somme, dans ce conte, 
Noël constitue une sorte de rite 
initiatique. Est-ce toujours vrai ?
Oui, car on ne reçoit pas le même cadeau et on ne participe pas de la même façon à la préparation de la fête, selon l’âge qu’on a. Pour nous, parents, c’est l’occasion d’encourager notre enfant à grandir en le laissant prendre de nouvelles responsabilités. Par son caractère magique, le conte montre que même si on ne s’en aperçoit pas, des forces de changement sont constamment à l’œuvre en nous. Et ça, c’est porteur d’espoir.

Propos recueillis par C. Laurens